Pays Basque #1

En ce mois de février, je n’ai pas eu le temps d’aller bien loin mais j’ai quand même eu le temps d’une escapade dans le Pays Basque. Ce n’est pas une grande nouveauté, puisque j’y vais tous les étés depuis ma petite enfance, que j’y ai vécu près de 7 mois et que j’y vais en weekend une bonne demi-douzaine de fois par an. Alors comme je vous en reparlerai surement à d’autres reprises, je vais me concentrer sur ce que j’ai testé ce coup-ci.

En grand gourmand que je suis, j’avais envie de commencer par un restaurant gastronomique. Mais bon pour le prix je voulais pas me tromper. Après quelques conseils avisés et la lecture de nombreux avis élogieux sur la toile, je décide de me rendre au Kaïku (€€€) à Saint-Jean-de-Luz. Je vous le dit tout de suite, je n’avais que rarement mangé aussi bien.

Accueil chaleureux et très attentionné. Le restaurant qui ce trouve au 17 de la rue de la République, à deux pas de la place Louis XIV est une ancienne bâtisse en pierre. Le restaurant est composé de deux salles à la décoration cosy et lumineuse, poutres peintes en gris, pierres apparentes, bois flottés, peintures marines à l’huile. Au fond se trouve deux comptoirs où les serveurs veillent aux moindres attentes. Toutes les tables sont fleuries. Voilà pour le décor … FEU

Kaïku

Nous avons d’abord eu droit à quatre amuse-bouche dont un velouté de châtaignes avec huile de truffe et morceaux de foie gras (qui fondaient doucement) .

J’ai choisi le menu déjeuner à 27€ (oui il faut savoir être raisonnable).

L’entrée : truite de Banca fumé (la meilleure truite d’élevage du Sud-Ouest) sur son risotto accompagné d’une émulsion de cresson. Truite très parfumée, risotto moelleux excellent, cresson doux et d’un vert intense ! Un plat très graphique avec des bonnes proportions pour une entrée.

Truite de Banka

Le plat : Merlu de ligne de Saint-Jean-de-Luz sur une julienne de légumes, salsifis et carottes. Cuisson du merlu parfaite, elle a due être lente et douce. Cuisson uniforme des bords au coeur du poisson lui offrant une tendresse incomparable. Du coup la peau n’était pas grillée, chose que j’aime mais on ne peux pas tout avoir. Mettait très en valeur le poisson, un excellent merlu, pas gras le moins du monde, presque fade, j’aurais ajouté 2-3 grains de sel de guérande. Quand aux légumes, je ne porte pas tout cela dans mon coeur mais j’ai tout mangé et avec le sourire. Cuits mais ferme sans être trop forts en goût, ils trempaient dans un bouillon aux petites taches d’huile vierge.

Le dessert : panna cotta recouverte de sa gelée d’ananas, sorbet piña colada sur lit de biscuit brisés et bâtons de meringue. Très bon dessert mais par contre j’ai trouvé la gelée d’ananas très fade, peu être pas assez épaisse. L’acidité d’un fruit de la passion aurait eu sa place.

Panna cotta

J’en ai pris plein les yeux et les papilles. Ce fut un repas très équilibré dont je suis ressorti sans faim mais sans être ballonné, les proportions étaient donc parfaites pour ce menu déjeuner. Le restaurant à l’air de fonctionner. Nous avons été servis particulièrement rapidement. Il y a vraiment une bonne équipe. La carte des vins est petite mais elle à l’air intéressante. J’ai pris le seul vin rosé au verre proposé sur la carte et il était bon. Je recommande vivement cette adresse qui selon moi va recevoir son étoile incessamment sous peu.

Hôtel

Nous avons décidé de dormir du coté espagnol à Saint-Sebastien dans une adresse que nous connaissions déjà mais dont nous sommes tombé amoureux. La Villa Soro (€€€) est une maison bourgeoise du XIXème. Elle a été transformé en un sublime hôtel de 25 chambres.

On y accède par une des artères principale de la ville en arrivant par la nationale depuis la France. Dès l’immense portails en fer forgé on est éblouis par un jardin tiré à quatre épingles dessiné en 1898 par le paysagiste français Ducasse et fleurit en toute saison, ce mois ci pensées et jonquilles. Ici l’hiver disparaît d’un coup. Il faud dire que nous avons peut-être profité du plus beau jour de février avec 19°c sous un soleil radieux. Le bagagiste prend vos bagages et vous pénétrez dans le hall majestueux. La décoration de cette demeure inscrite au patrimoine historique de Saint-Sebastien  est tout simplement sans failles. Les lieux communs dévoilent marbre, parquets, meubles massifs, gros bouquets de fleur, faïence de Chine, vitraux.

Jardin Villa Soro

J’ai toujours eu la chance d’être surclassé en chambre Villa Deluxe et quel bonheur. Une baie vitré immense trône au milieu de la pièce avec vue sur le jardin et la ville, pas de baie de Saint-sebastien car on ne la voit pas d’ici. La moquette est fondante, la salle de bain tapissé de marbre moucheté de beige, les meubles en marqueterie, le lit est un nuage avec un parfait équilibre de fermeté (merci à l’épais sur-matelas qui offre un sommeil de plomb). La chambre 13 est la plus prisée de l’établissement avec un balcon de 6 mètres de large. J’ai testé deux fois le room service (€€), il est bon sans être exceptionnel mais le service est irréprochable et rapide.

IMG_0777

La réception est aux petits soins pour vous, tout est fait pour vous en un claquement de doigts. Les réceptionnistes parlent un très bon français et là, j’avoue que dans ces conditions, je peux enfin aimer l’Espagne. Ils prêtent même des vélos avec cadenas pour faire un tour en ville, on est sur la Concha en moins de 10 minutes et le dénivelé est faible et constant. Il y a aussi une plage derrière la colline de l’hôtel et de quoi faire un footing dans les environ, sinon il y a la salle de fitness. Si vous voulez un massage en chambre c’est possible, il y a un parking souterrain fermé, voilà je crois que c’est déjà pas mal.

IMG_0769

Au petit matin vous dégusterez le petit déjeuner buffet : jus d’orange pressé exceptionnel, bon arôme de café, charcuterie ibérique, fromages, oeufs, fruits frais, fruits secs, céréales, cakes, viennoiseries pas transcendantes (faut bien qu’il nous laisse quelque chose) mais une sorte de chausson au pomme plat très bon. C’est déjà le départ et on veux déjà revenir, mais à moins de 3 heures de Bordeaux, on reviendra vite c’est sûr.

Avant de rentrer j’ai eu la chance d’effectuer une visite professionnelle de l’établissement 4* La Réserve (€€€) à Saint Jean de Luz. Bien que connaissant très bien la ville je n’avais jamais découvert ce lieu et quelle surprise. Sur les hauteurs de la ville, proche de la pointe de Sainte barbe, c’est probablement une des plus belles vues de toute la cote basque française. C’était la fermeture annuelle mais je testerai dès les beaux jours l’hôtel et le restaurant pour un prochain article.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s