Milford Sound, temple naturel du tourisme néo-zélandais

Milford Sound est bien le temple à ciel ouvert du tourisme néo-zélandais. Il est pourtant situé dans la région la plus inaccessible du pays, celle du Fiordland. Bien que nécessitant un important détour dans les circuits, quasiment tous les touristes qui viennent dans l’île du Sud, se pressent pour découvrir cette merveille naturelle, qui justifie à elle seule un voyage.

IMG_4935_2

Milford Sound se mérite car la route pour s’y rendre est longue. Je vous parlais bien d’un projet de tunnel via Glenorchy dans un récent article, mais ce ne serra pas pour tout de suite. Il faudra donc faire un grand tour. Depuis Queenstown il est possible d’y aller à la journée, avec un départ à l’aube, un retour tardif et entre les deux un rythme plus que soutenu. Le mieux reste de séjourner à Te Anau, une station touristique en bord de lac qui ne vit quasiment QUE du tourisme vers le fjord. Si tous les hébergements sont complets, dirigez-vous vers Manapouri, une autre ville lacustre, plus petite mais jolie, d’où partent d’ailleurs les excursions vers Doubtfull Sound, le second célèbre fjord. Aussi beau, ce dernier reste cependant plus difficile à rejoindre, et donc plus cher.


En route pour Milford Sound

Les conditions climatiques sont très changeantes sur cette route d’altitude, surtout en dehors de l’été où le risque de neige guette. La route est d’ailleurs fermée régulièrement en hiver, ou bien les chaines y deviennent obligatoires. Vérifier bien sur ce site si vous comptez y aller par vos propres moyens.

Personnellement pour visiter ces fjords, je vous conseille de choisir une compagnie touristique vous proposant les transferts et la croisière. Rien que la route nécessite déjà votre entière contemplation. Southern Discoveries et Real Journeys sont les deux compagnies principales. J’ai testé pour vous les services de Real Journeys, qui opère dans le Fiordland depuis plus de 40 ans et vous fera bénéficier de leur expertise. Membres du Club Frogs vous bénéficierez de 10% sur tous leurs tours.

Le bus panoramique était très confortable avec des sièges légèrement tournés vers l’extérieur pour vous offrir un meilleur angle de vue. Les car dispose même de vitres jusqu’au plafond, mais pourquoi me direz-vous ? Ce n’est pas pour admirez le ciel bleu/gris, non, mais bien les parois vertigineuses qui se dresseront de chaque coté de la route, sur la partie finale du transfert. Mais d’abord vous traverserez de grandes vallées et longerez des torrents. Sur le chemin, le Mirror Lake est un arrêt à ne pas louper. Ce petit lac se découvre en 10 minutes seulement. Pour nous il a tenu son nom.

La route commence ensuite à grimper sérieusement avant d’atteindre un tunnel. Là, vous rencontrerez peut-être un kea, un perroquet d’altitude, peu farouche et plutôt curieux, joueur et gourmand. Attention il est strictement interdit de les nourrir, mais vous pourrez les approcher de près.

Kea
Kea

De l’autre coté du tunnel vous débouchez dans un cirque montagneux grandiose. Gavarnie n’a qu’à bien se tenir. On se demande même comment cette roche friable arrive à tenir. La route redescend alors pour vous mener jusqu’au quai, tout au fond du fjord.


Embarquement !

Plus qu’un simple quai, il existe même un hall d’embarquement pour accéder aux bateaux. Mais une fois à bord, on oubli vite la foule pour de nouveau admirer le spectacle de la nature.

Les falaises se dressent de toutes parts avec parfois des morceaux de forêts périlleusement suspendus au dessus du vide. Par mauvais temps les avalanches d’arbres ne sont pas rares nous dit-on. Et puis il y a les cascades. Elle jaillissent par dessus les falaises. Les bateaux vous emmènent au plus près, jusqu’à en être mouillé, si le cœur vous en dit. Par temps de pluie des cascades s’improvisent de partout. Et quand il fait soleil, les plus imposantes subsistent offrant leurs lot d’arc en ciel. D’autres m’ont dit qu’avec des nuages c’était mystique, preuve en est avec l’article de mes amis de Shoesyoupath. Soleil ou non vous aurez peut-être aussi la chance de voir des otaries, des dauphins ou même des manchots.

La croisière vous emmènera jusqu’au bout du Fjord, un petit demi-tour en mer et s’en revient dans le Milford Sound, vous offrant de nouvelles scènes d’admiration. Les jeux d’eaux et les contrastent de lumières sont éblouissants. C’est un spectacle je vous dit, avec la nature seule et puissante comme chef d’orchestre.

Une réflexion sur “Milford Sound, temple naturel du tourisme néo-zélandais

  1. Superbe ! C’est l’une des choses que l’on a le plus hâte de faire depuis que l’on est arrivés. Touristique ou pas, ça a l’air magnifique et incontournable.

    Merci pour le partage 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s