IMG_4325

Tokyo, contraste entre traditions et modernité

Découvrir le Japon pour la première fois est une expérience saisissante. L’aborder pas sa capitale l’est encore davantage. Tokyo est une mégalopole de plus de 12 millions d’habitants qui malgré son immensité et sa modernité, conserve dans chaque quartier une forte identité. Après une introduction pleine d’anecdotes, je vous conduirai à travers certains d’entre eux qui possèdent les plus beaux attraits touristiques.

Panorama depuis la maire de Tokyo
Panorama depuis la maire de Tokyo

Mesures d’hygiène

La première chose qui vous frappe quand vous arrivez au Japon, c’est la propreté. L’hygiène est une véritable religion nationale. J’annonce, pas un papier par terre durant tout notre séjour, pas un toilette public qui ne soit sale. De nombreux tokyoïtes portent des masques en papier sur leur visage, parfois pour se protéger de la pollution mais le plus souvent pour se protéger des microbes, ou ne pas les transmettre.

Prendre le métro

Le métro tokyoïtes est très performant. La ville dispose d’un excellent maillage. Il y a 13 lignes de métro sans compter les lignes de train (équivalent au RER) et les lignes privées pour se rendre dans les banlieues. Mais finalement il n’est pas si difficile de s’y repérer. On peut acheter ses tickets sur des bornes traduites en anglais. Vous croiserez de nombreux escalators sur votre chemin. Mettez vous bien à gauche, en fil indienne. Le coté droit est réservé à ce qui sont très pressés.

Vous êtes perdu ? Souriez et hochez la tête.

Il est beaucoup plus difficile de trouver une adresse à la surface. Les adresses sont le plus souvent composées du nom du quartier puis de 3 chiffres qui correspondent, si j’ai bien compris, à un numéro de bloc et une intersection. Attention les restaurants ne se situent pas toujours au rez-de-chaussée. Il faut parfois lever les yeux pour voir l’enseigne, ou bien repérer l’escalier qui mène au sous-sol.

Si vous êtes perdus, votre carte entre les doigts, prenez garde ! Un japonais va certainement venir vous voir d’ici quelques secondes. En effet les japonais sont extrêmement polis et serviables. S’il vous êtes en difficulté, ils ne tarderont pas à vous aborder pour vous porter secours. Mais attention, les ¾ du temps il ne parle pas un mot d’anglais et vous devrez déchiffrer leurs gestes. À moins que vous ne parliez japonais bien sûr. Dans tout les cas remerciez l’hospitalité japonaise par un grand sourire, un (ou plusieurs) hochement de tête et dites « a-ri-ga-to » qui veut dire merci, mais se prononce aligato (r se prononce l en japonais).

Le coût de la vie ?

Avec la dépréciation du yen il devient très intéressant d’aller au Japon. On m’avait toujours parlé d’une destination hors de prix mais je suis au regret de briser cette réputation. Le Japon n’est pas plus cher que la France en tout cas. Le budget principal sera l’hébergement, car la surface coûte cher. Comptez 100€ pour une chambre basique. Mais l’offre est large.

Enseignes traditionnelles
Enseignes traditionnelles

On y gagne sur la nourriture. On peut manger aisément pour 20€ à deux personnes avec des boissons, dans le large éventail de petits restaurant qu’offre Tokyo à chaque coin de rue.

Le métro n’est pas non plus très cher, le ticket coutant 170¥ et la compagnie de transport proposant des pass.

La crise touristique

Depuis le tsunami et les évènements de Fukushima en mars 2011, le Japon a connu une dramatique crise touristique. Après plusieurs années de combat et la dépréciation du yen, les touristes affluent à nouveau. Le Japon n’a pas cessé d’être une destination touristique exceptionnelle, réunissant toute les forme de tourisme et fascinant le monde par sa culture. Selon Mr Kamel Senhadji, directeur du Mercure Ginza et de l’Ibis Shibuya qui m’a chaleureusement accueillit, le pays enregistre une forte croissance touristique pour l’année 2015 et de nombreux projets hôteliers sont en cours avec l’arrivée des jeux olympique de 2020.

Entamons la découverte par quartier :

Le Palais impérial 

Entrée du Palais Impérial
Entrée du Palais Impérial

Cet immense palais et ses jardins constitue le coeur symbolique de la ville. Il reste aujourd’hui très secret puisque l’empereur y réside encore. Le jardin oriental du palais et la seule partie véritablement ouverte au public. Mais ce n’est qu’une partie de cet immense et magnifique domaine qui constitue un véritable poumon vert pour la ville.

Jardin oriental du Palais Impérial
Jardin oriental du Palais Impérial

Autour la ville reprend ses droits avec notamment la belle gare de Tokyo (récemment rénovée) et le quartier d’affaires de Marunouchi.

Ginza

Ginza Street
Ginza Street
Fascination autour de chats sur Ginza St
Fascination autour de chats sur Ginza St

Ginza est un quartier chic de Tokyo. Sa particularité fut d’être le premier lieu d’implantation de nombreuses marques étrangères souhaitant aborder le marché nippon. On y trouve donc de nombreuses enseignes qui nous sont familières et qui ont contribué à faire de Ginza, un lieu incontournable du shopping à Tokyo. La rue est même fermée le weekend pour contenir son affluence. Je vous invite à visiter Mitsukoshi. Ce grand magasin est l’équivalent de nos Galeries Lafayette. Descendez au sous-sol pour admirerez d’incroyables étals culinaires et vous acheter un repas à emporter.

Parmi les choses à ne pas manquer à Ginza il y a aussi le marché aux poissons de Tsukiji.

Marché au poissons de Tsujuki
Marché au poissons de Tsukiji

Si la criée au thon est ouverte c’est le plus intéressant mais il vous faudra faire la queue dès 4h30. Sinon le marché générale se déroule de 9h à 11h, mais ne dépasser 10h car tout par très vite.

Mollusque, crustacés et poissons en tout genre s’échangent et sont débités à toute vitesse dans les étroites allées de cette immense fourmilière. Cette agitation reflète bien l’attrait inconditionnel des japonais pour les produits de la mer et cette visite offrira de belles sensations à votre estomac, qui se doit d’être bien accroché pour l’occasion. Mais s’il survit, vous trouverez bien évidement des sushi ultra frais juste à la sortie, à condition de faire la queue.

Le parc Hama-Rikyu est un parc au bord de l’eau, qui fut autrefois un jardin impérial. C’est certainement le plus beau jardin de Tokyo. Avec ses nombreuses espèces végétales, ses petits reliefs, ses maison de thé, ses cabanes de chasse au canard et son entretien exceptionnel, il vous offre un spectacle éblouissant.

Il faut prendre le temps de flâner et de contempler le paysage, avec en font de toile les gratte-ciel de Ginza. La merveille du jardin est un pin tricentenaire merveilleusement conduit par les jardiniers qu’il donne l’impression d’être un seul bosquet d’une multitude d’arbre.

IMG_4265

L’entrée ne coûte pas grand chose (300¥) et inclus un audio guide en français, idéale pour bien comprendre l’histoire du lieu.

Où dormir : Mercure Ginza 3* (€€€)

Dans ce quartier moderne, difficile de trouver quelque chose d’original. J’ai choisi de séjourner dans une adresse Mercure, surtout en espérant retrouver un semblant de standards européens, en particulier pour le petit-déjeuner.

Chambre Deluxe - Mercure Ginza
Chambre Deluxe – Mercure Ginza

C’est un grand bâtiment en longueur dont on peut repéré l’enseigne au sommet. L’hôtel est situé directement dessus de l’arrêt de métro Ginza Itchome. On peut y accéder par le même ascenseur. Accueil exceptionnel par le chef de réception Javier. Tout est fait pour faciliter votre arrivée, indications sur le quartier, et c’est bien nécessaire (restaurant, métro, marché aux poissons). Notre chambre Deluxe était particulièrement confortable. Souvent à Tokyo c’est la place qui manque mais là nous avons pu ouvrir en grand nos deux valises tout en circulant, un must. Lumière tamisée, station IPod, thé, café, bouilloire, fauteuil, petit placard, mini bar, baignoire, tout le confort d’une chambre Mercure de catégorie supérieure y était. Enfin le buffet du petit-déjeuner, plus occidentale que japonais comme je l’espérait, était vraiment de qualité et permettait d’entamer sa journée tokyoïte dans de bonnes conditions.

A partir de 110€ en promotion.

Shibuya

Ce quartier est célèbre pour son carrefour aux passages piéton en diagonal, qui sont traversés chaque jour par plus de 300 000 personnes.

Carrefour de Shibuya
Carrefour de Shibuya

C’est un quartier frénétique, temple de la mode ou vous pourrez croiser la jeunesse pop au look lolita. Le quartier des cosplayers, Harajuku et aussi très proche. Une promenade dans ces deux quartiers s’impose pour découvrir ces extravagances vestimentaires typiquement nippones.

Ueno, parc et musées

Musée National
Musée National

Le quartier de Ueno est dominé par un immense parc entrecoupé d’allées et de routes. Il abrite les principaux musées de la ville, dont le plus intéressant, le Musée National de Tokyo, sortes de Louvre nippon. Le parc abrite aussi des temples, une pagode, un zoo. Il y a aussi un exceptionnel jardin de pivoines dont la floraison précoce débute en janvier grâce à des soins méticuleux.

La station de métro de Ueno est une des plus importante car c’est le terminus du Skylinners qui arrive de l’aéroport international de Narita.

Asakusa, le quartier traditionnel

Lanternes à Asakusa
Lanternes à Asakusa

Asakusa est le quartier que ressemble le plus au Tokyo d’antan. Les rues sont encore pavées et les nombreuses échoppes ont peu changées. Les tokyoïtes se plaisent à y venir en kimono, pouponnés à souhait, en particulier la semaine du nouvel an. Tout le quartier est tourné vers le plus ancien temple bouddhique de la ville, le Senso-ji. Cette ensemble religieux comporte aussi deux majestueuses portes d’entrée, deux autres temples et une immense pagode.

Où dormir : Ryokan Asakusa Shigetsu (€€€)

Façade Ryokan Shigetsu
Façade Ryokan Shigetsu

Ce Ryokan est situé à deux pas du temple Senso-ji en plein cœur du quartier traditionnel d’Asakusa. C’est certainement le meilleur endroit pour dormir dans un ryokan, autrement dit une auberge traditionnelle, à Tokyo. Il est rare que le personnel parle anglais dans les auberges mais le ryokan Asakusa Shigetsu est habitué à accueillir quelques étrangers, ce qui aide à passer le pas quand on voyage en individuel. Le ryokan possède même quelque chambre dites « western », comprenez à lit occidentaux, pour ce qui ne supporteraient pas les futons. Mais évidemment je vous conseille la chambre traditionnelle.

Chambre traditionnelle
Chambre traditionnelle

Lors de votre check-in on vous donnera un petit guide des bonnes pratiques à suivre dans ryokan (chaussures, tenus, organisation, …), rien de bien difficile et on se prend vite au jeu. Photo de moi et morgane en kimono ? Les chambres traditionnelles sont très mignonnes. Elles sont un peu exiguës mais offre une décoration subtile. On se sent bien dans leur espace cosy. Il y a une salle d’eau dans chaque chambre mais c’est un petit bloc de plastique. Il vaut mieux se rendre au 6ème étage pour profiter des bains communs. Hommes et femmes y sont séparés ce qui est habituelle. Les bains offrent une vue sur un petit jardin zen d’un coté et sur la skytower par dessus les toits d’Asakusa de l’autre. Enfin si vous souhaitez plus de prestige, le ryokan dispose aussi de suites traditionnelles, qui vous offriront surtout plus d’espace. Photo du lobby en petit dans le texte Le lobby et les parties communes sont charmants eux aussi, très épuré dans un style japonais si propice à la détente. Enfin le petit-déjeuner, occidental ou japonais et de qualité. Conclusion, un ryokan très sympathique à Tokyo, idéal pour une première expérience en auberge japonaise.

Roppongi et ses projets urbains 

C’est historiquement le quartier le plus cosmopolite de la ville. Devenu très moderne, c’est un quartier aux allures plus occidentales avec ses nombreux restaurants gastronomiques européens. Grâce à trois projets urbains monumentales : le National Art Center, Midtown (2005) et Roppongi Hills (2003) la ville a su redonner du souffle à ce quartier. Il est essentiel de visiter ces trois lieux pour comprendre le Japon moderne. Roppongi Hills est un projet ambitieux qui réuni en un seul complexe, un centre commercial, le Mori (meilleure musée d’art contemporain de la ville), de nombreux bureaux, un cinéma et des immeubles résidentielles ; une ville dans la ville, prouesse de grands architectes internationaux. Roppongi est aussi un quartier de fête à présent très à la mode ou vous pourrez choisir entre bars, clubs, karaokés et salles de spectacles. Voilà c’est ainsi que s’achève cette parenthèse nippone. Certains resterons sur leur faim mais je vous promets de retourner au pays du soleil levant pour vous faire découvris d’autres de ses nombreux trésors.

Remerciements :

Mr Kamel Senhadji, directeur du Mercure Ginza et de l’Ibis Shibuya

Mr Javier Piqueres, chef de réception au Mercure Ginza

Mme Midori Matsuda, guide-interprète et amie tokyoïte

3 réflexions sur “Tokyo, contraste entre traditions et modernité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s