Échappée à Montauban

Canal des deux mers à vélo [Part 4]

Moissac > Montech > Montauban – 36 kilomètres

Pour la dernière étape de mon voyage à vélo le long du Canal des 2 mers, j’ai choisi de me rendre à Montauban. Au niveau de Montech, il existe un embranchement qui permet de rejoindre cette ville rose toute de brique revêtue, par le biais d’un autre canal. La petite sœur de Toulouse m’a immédiatement charmé, du haut de son promontoire dominant le Tarn. Partons à la découverte de ce tronçon qui s’est avéré particulièrement gourmand et ensoleillé. 

À la sortie de Moissac, je découvre le second pont-canal de mon itinéraire. Toujours aussi impressionnant, cet ouvrage est situé en pleine nature. Une fois celui-ci traversé, je retrouve les majestueux platanes qui bordent traditionnellement le canal. Ils forment une voûte semblable à une cathédrale de verdure, au-dessus de la voie d’eau.

Peu avant d’arriver à Montech, je tombe sur une étonnante construction. Un drôle d’ascenseur à bateau tracté par une sorte de Micheline. Cette pente d’eau permettait d’éviter le passage de 5 écluses successives et de gagner un précieux temps de navigation. Lors de mon passage, elle ne fonctionnait plus depuis déjà une bonne dizaine d’années. Mais le site était en pleine reconversion et devrait ouvrir prochainement au public ! L’ancienne papeterie va être rénovée, un nouvel office de tourisme et une halte vélo vont voir le jour. Une grande péniche va être transformée en musée, afin de raconter l’histoire de cet ouvrage et du transport fluvial. Les couleurs quelque peu psychédéliques choisies pour revitaliser le site sont plutôt amusantes et donnent un look vintage à la Machine. Elles ne manqueront pas d’attirer le regard et de faire des photos vitaminées. Un boulodrome et une médiathèque sont même prévus dans un avenir proche.  

Ensuite je suis allé déjeuner au Bistrot Constant. Une véritable institution dans la région, qui borde littéralement le canal. Je m’installe en terrasse et découvre la carte du restaurant avec des étoiles plein yeux. C’est sans regret que je fais une entorse à mon régime magret de canard, pour déguster quelques couteaux aux agrumes, des filets de Saint-Pierre sur une purée de choux, et des figues rôties en guise de dessert. Quel délice ! Rien que de revoir les photos, j’en salive encore. 

Après ce déjeuner extraordinaire, je quitte donc le canal latéral à la Garonne pour bifurquer sur le canal de Montech qui mène à Montauban. Ce dernier tronçon jusqu’au port de plaisance offre encore de très belles perspectives sur la campagne environnante, parsemée de petites maisons en briques et de pigeonniers. Un paysage qui fleur bon l’Occitanie.

Il faut ensuite passer sous la voie ferrée et longer le Tarn avant d’entrer en grande pompe par le Vieux Pont, dans le cœur historique de Montauban. Quelques derniers coups de pédales pour rejoindre l’Office de tourisme du Grand Montauban qui est installé dans l’ancien collège jésuites.

« On ne devrait jamais quitter Montauban » 

comme le dit si bien cette réplique culte des Tontons flingueurs. 

En effet, j’ai l’impression de quitter trop vite cette cité d’Art et d’Histoire, qui regorge de petits passages, de ruelles pittoresques et de cours intérieures. Je découvre néanmoins quelques lieux emblématiques au détour d’une visite guidée : la place nationale, la cathédrale, l’allée de l’empereur ou l’église Saint-Jacques ; sans oublier le magnifique marché de producteurs qui réunit les meilleurs produits du Quercy. 

Toutefois, si mon aventure le long du Canal des 2 Mers se termine, mon voyage dans le Tarn-et-Garonne va se poursuivre par quelques jours de randonnée. À bientôt !


Carnet d’adresses gourmandes : 

Bistrot Constant
25 rue de l’usine, 82700 Monteich

Maison Pécou Dragées et Chocolats
5 rue Ernest Pécou, Montauban 

Boulangerie-Pâtisserie Alexandres
2 rue du Dr Lacaze, Montauban
La tarte occitane à base de pâte sucrée et d’un crémeux vanille avec des morceaux de pomme. Mais aussi les petites confiseries rigolotes comme les Bonbons flingueurs ou les boulets de Montauban, en référence aux deux impacts d’artillerie encore visible sur les murs de l’église Saint-Jacques.

Catégories :Escapades régionales, Gastronomie & OenotourismeÉtiquettes : , , , , , , , ,

Vincent

Travel Blogger

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s